Tsante

La santé pour tous !

Tags: news  

C'est ce qui s'appelle se protéger contre le Covid-19. Un habitant de Rio de Janeiro, au Brésil, s'est fait injecter cinq doses de vaccin contre le coronavirus dans l'espace de dix semaines. Selon une information de la chaîne TV Globo, relayée par la Libre.be, l'individu a été interpellé alors qu'il tentait de recevoir une sixième injection. Les cinq précédentes, deux doses de vaccin Pfizer, deux du sérum chinois CoronaVac et une d'AstraZeneca, ont eu lieu entre le 12 mai et le 21 juillet.

 Selon le carnet numérique de cet habitant de la zone ouest de Rio, que TV Globo a pu consulter, il lui est même arrivé de se faire injecter deux doses à 13 jours d'intervalle. Une situation paradoxale, précise RTL, dans une ville très touchée par la pandémie de Covid-19 et qui a dû suspendre plusieurs fois sa campagne de vaccination en raison de pénuries de sérum. Selon le site d'information G1, relayé par la radio, la municipalité a expliqué que l'homme s'était rendu dans trois centres de vaccination différents et avaient profité de pannes informatiques.

Centaines de fraudes :  Impossible pour le moment de connaître les motivations de cet homme pour recevoir autant de doses de vaccin. Une enquête a en tout cas été ouverte et le secrétariat à la Santé a précisé qu'il "prendrait les mesures nécessaires". Il semble également, précise Le Parisien, que ce Brésilien n'est pas le seul à recevoir plus de doses de vaccin qu'autorisé. Plusieurs centaines de cas de fraudes ont été rapportés par les autorités.

En jeu : recevoir le vaccin de leur choix ou une troisième dose en tentant d'avoir recours à plusieurs centres de vaccination. Au Brésil, l'épidémie de coronavirus est particulièrement dramatique avec 570.000 décès recensés depuis le début de la pandémie, en faisant le deuxième pays le plus endeuillé au monde derrière les États-Unis. Et malgré le scepticisme du président Jair Bolsonaro, la population semble heureusement adhérer massivement à la vaccination. Une bonne nouvelle… à condition pour tous de respecter les règles en vigueur dans le pays.

Source :  www.capital.fr

Scroll to top